Après le NON au RER – TransRUN: La priorité est au retour de la cohésion cantonale

Au terme d’une campagne intense et animée, le peuple neuchâtelois a finalement rejeté le projet de RER – TransRUN par une très courte majorité s’élevant à 50,29%. Le Conseil d’Etat prend acte de ce résultat. Il constate que, dans l’immédiat, ce refus laisse le canton sans solution pour l’amélioration de ses transports publics. A court terme, son souci est de rétablir la cohésion d’un canton divisé par un scrutin, dont les conséquences devront encore être évaluées. Le taux de participation pour cette votation cantonale s’est élevé à 51,5%.

erstellt am 23. September 2012 @ 23:31 Uhr
République et Canton de Neuchâtel / SBB CFF FFS
Au terme d’une campagne intense et animée, le peuple neuchâtelois a finalement rejeté le projet de RER – TransRUN par une très courte majorité s’élevant à 50,29%. Le Conseil d’Etat prend acte de ce résultat. Il constate que, dans l’immédiat, ce refus laisse le canton sans solution pour l’amélioration de ses transports publics. A court terme, son souci est de rétablir la cohésion d’un canton divisé par un scrutin, dont les conséquences devront encore être évaluées. Le taux de participation pour cette votation cantonale s’est élevé à 51,5%.

Le 23 septembre 2012, en disant un faible NON au RER – TransRUN à 50,29%, les Neuchâteloises et Neuchâtelois ont pris une décision importante. Leur refus, même très serré du projet, montre qu’ils n’ont pas été convaincus par ses qualités, ni par la nécessité de le réaliser. Par ailleurs, ils ont certainement douté de la capacité du canton à le porter financièrement. En tout cas, ils ont préféré le statu quo à l’audace, au terme d’une campagne très disputée.

Le Conseil d’Etat prend acte de la volonté du souverain. Il se réjouit que le débat ait eu lieu, de manière intense, même si le résultat final ne correspond pas aux espoirs qu’il avait mis dans la transformation du réseau ferroviaire neuchâtelois. Aujourd’hui, après s’être engagé fortement pour le RER, le Conseil d’Etat a le devoir de trouver de nouvelles solutions pour assurer la cohésion et le développement du canton.

Dans l’immédiat, le Conseil d’Etat entend faire un bilan de la situation ouverte par le non du 23 septembre. Cette évaluation doit comprendre l’analyse fine des résultats, ainsi que la recherche d’éventuelles solutions permettant de résoudre les problèmes de transports publics, sachant que le RER – TransRUN n’est plus d’actualité et que le non sorti des urnes ne laisse aux CFF que le devoir d’assainir le réseau existant.

Dans tous les cas, le Conseil d’Etat entend mettre au premier plan le rétablissement de la cohésion cantonale. Conscient que deux camps se sont affrontés durant la campagne, l’un tourné vers l’avenir, l’autre privilégiant le statu quo, il souhaite s’engager sur tous les dossiers pour que soit trouvée une voie moyenne, qui garantisse le développement de la région dans le contexte actuel.

Autrement dit, le non au RER ne simplifie pas la définition du destin cantonal, mais ouvre une période délicate, où les collectivités publiques auront besoin de tous les citoyens pour définir ensemble de nouveaux consensus et, surtout, de nouveaux projets.

Update Votation cantonale sur le RER neuchâtelois: Statu quo pour le transport ferroviaire
Les CFF prennent acte de la décision populaire neuchâteloise concernant le TransRUN. La liaison ferroviaire entre Neuchâtel et La Chaux-de-Fonds se poursuivra sur la ligne existante. Les études nécessaires à son renouvellement vont débuter ces prochains jours.

Les CFF prennent acte de la décision populaire neuchâteloise de refuser le projet de TransRUN et RER neuchâtelois. Au niveau du trafic ferroviaire, c’est le statu quo ; la liaison entre Neuchâtel et la Chaux-de-Fonds continuera à se faire via Chambrelien, sur la ligne historique.

Philippe Gauderon, chef de la division Infrastructure et membre de la direction des CFF, a confirmé la volonté des CFF de maintenir les infrastructures ferroviaires dans un très bon état de fonctionnement : « Nous allons désormais renouveler la ligne entre Neuchâtel et la Chaux-de-Fonds pour la maintenir à un bon niveau et assurer aussi bien que possible le trafic ferroviaire du futur ».

Les CFF vont lancer les études nécessaires à l’entretien et au renouvellement de la ligne Neuchâtel – Chambrelien – la Chaux-de-Fonds dès ces prochains jours. L’objectif consiste à garantir sur le long terme le bon état des voies, des installations et tunnels pour le trafic ferroviaire.

Autor: Redaktion

Aus der Bahnonline.ch-Redaktion. Zugesandte Artikel und Medienmitteilungen, welche von der Redaktion geprüft und/oder redigiert wurden.

Schreibe einen Kommentar